27.12.08

 


 

Maria Rosa Deslandes Caldeira Coelho

Futscher Pereira

c.1973


Esta fotografia da minha avó Rosita, como todos a chamavam, foi tirada por mim. A mãe do meu pai tinha uma adoração por ele que nos incluiu a todos. Era doce, calma e secreta.O seu amor protegeu-nos muito.


 

L’appartement de ma mère communiquait avec celui de mes grands-parents. Une dizaine de marches, une double porte et un bout de couloir conduisaient au bureau de mon grand-père.

Cette pièce  devint très vite un refuge. Mon grand-père toujours m'y accueillait, toujours il su trouver de quoi m'aider à faire face. Pas pour longtemps, bien sûr, pour quelques heures, une soirée. C'était beaucoup. Ne vivions-nous pas à cette époque au jour le jour?

Lui, ne souriait pas d'un air désolé mais franchement, avec malice souvent. Pour me distraire il évoquait ce que serait ma future vie d'adulte qu'il prédisait passionnante. Aussi brillante que la sienne. Dès que j'étais en mesure de  me projeter dans l'avenir, d'émettre un souhait, si farfelu fût-il, il l'approuvait.

Je désirais écrire? Formidable! Des romans? Non seulement j'étais sa petite-fille mais j'avais du sang russe dans les veines comme Tolstoï et Dostoïevski, "les plus grands romanciers du monde", un sacré atout! Pour le théâtre? Ouille! Lui s'y était cassé les dents et me prônait la prudence. Je préférais devenir actrice? Quel beau métier! Pas facile, dangereux mais qui méritait qu'on y consacre sa vie! J'aurais déclenché le même enthousiasme en annonçant pianiste de jazz, marin-pêcheur, vétérinaire ou exploratrice. Et dans ces moments-là, je renouais avec l'idée d'un futur. Si lui y croyait...

Je lui en serai pour toujours reconnaissante.

 

 

Anne Wiazemsky

 

 

 

 

 

 

 

 

 

consulte as obras da autora disponíveis em português aqui

link do postPor VF, às 12:01  comentar

De Meei-huey a 6 de Janeiro de 2009 às 22:02
querida Vera,
Visitei no verão passado a casa de François Mauriac (Malagar, à une quarantaine de kilomètres de Bordeaux, près de Langon, sur le territoire de Saint-Maixant, était depuis 1843 la propriété de la famille Mauriac, qui en fit don à la Région Aquitaine en 1985). Vale a pena. Tudo ficou no estado, mas sem a atmosfera artificial, mofada de uma casa-muséu, os cômodos parecem ainda habitados pela família e o jardim-horta é lindo.
Beijos,
Meei-huey


De Meei-huey a 6 de Janeiro de 2009 às 22:59
Para visitar Malagar

http://malagar.asso.fr/

De VF a 9 de Janeiro de 2009 às 12:52
Muito obrigada pela sugestão. Não sabia ser possível visitar a casa, na qual decorre parte da acção de "Hymnes à l'amour". Espero ter oportunidade de a visitar.
Vera

pesquisar neste blog
 
mais sobre mim
Translator
sitemeter
contador sapo