3.1.10

 

 

 

 

 

Le comportement de mon entourage à mon égard changea. J'étais devenue «celle qui allait faire du cinéma». Certains se réjouissaient, simplement, sans arrière-pensée. D'autres glissaient au détour d'une conversation des propos désobligeants sur ma gaucherie, mon ignorance, la banalité de mon visage. Ces phrases assassines auraient empoisonné n'importe quelle jeune fille : c'est un âge où l'on ne sait encore rien de soi, où l'on doute, où l'on se cherche. Il me venait alors l'envie de renoncer au film, de m'enfuir très loin et de me faire oublier de tous.

Mais il y avait Robert Bresson. Dès que je le retrouvais, la peur s'estompait. Il me parlait avec infiniment de délicatesse, me considérait comme un être précieux doté de qualités que lui seul percevait. Parce que soudain j'existais pour quelqu'un, je me sentais pour la première fois exister et c'était au sens premier du mot bouleversant. C'est peu dire qu'il sut m'apprivoiser. Il tissa, jour après jour, un lien subtil qui me retenait attachée à lui. Nous passions du temps ensemble, nous avions de longues conversations au téléphone. Il m'interrogeait à propos de tout, s'irritait des heures loin de lui en compagnie d'amis de mon âge. «Que leur trouvez-vous ?» Et sans me laisser le temps de répondre: «Je suis sûr qu'ils ne vous valent pas ! » J'essayais de lui expliquer : Thierry avait été le grand amour de mes onze-douze ans, Antoine était mon complice, celui qui m'invitait au théâtre et avec qui j'avais de grandes discussions littéraires, Jules... «Peu importe, ces garçons.» D'un geste de la main, il balayait à l’avance tout ce que j'aurais pu encore en dire.

 

Anne Wiazemsky

in Jeune Fille pp.51-52

© Editions Gallimard, 2007

 

 

Imagem (e muito mais) aqui

link do postPor VF, às 13:03  comentar

De Maria João a 4 de Janeiro de 2010 às 19:00
Já acabei "Mon enfant de Berlin", adorei. Ela tem muito talento, pelo menos na escrita! Nunca a vi no cinema.
Beijinhos
Maria João

pesquisar neste blog
 
mais sobre mim
Translator
sitemeter
contador sapo