30.4.11

 

 


Gaby Photo, Léopoldville, 1954*


  

 

Comemoro hoje o segundo aniversário da publicação de "Retrovisor, um Álbum de Família" com a resenha de Clóvis Brigagão, amigo de longa data, que acompanhou de perto o meu projecto e, pelo caminho, me deu bons conselhos. O texto não chegou a sair no jornal mas aqui não podia faltar, passe a imodéstia. 
 

 

 

RETROVISOR – Um Álbum de Família

Vera  Futscher  Pereira

Lisboa,  Rui Costa Pinto Edições, 2009

 

 

 

Nessa encantadora e elegante obra de arte literária, Vera Futscher Pereira revela-nos o âmago de um álbum familiar. Ali estão as origens remotas da família e de seus negócios, alguns deles exercidos em Salvador da Bahia e no Rio de Janeiro, de um Brasil ainda bucólico. Ali estão também os caminhos pacientemente construídos no presente e, finalmente, a oferta generosa do futuro à nova prole.  Mais além do legado fotobiográfico, o que apreciamos é a tecedura criativa, muito bem elaborada, através de uma trama 'a descoberto' ... Retrovisor é totalmente aberto às aventuras e desventuras que o leitor, intruso?, quer saborear a cada página.  

À sua arte se junta, sem descontinuidade, o delicado e sensível ofício, tenaz e reluzente, que adquire sentido como ato de amor declarado a tecer, fio a fio, palavra a palavra, o retrato privado da família Futscher Pereira: a lusofonia cosmopolita. Essa ilustrada fotografia familiar ganha sabor e notável dimensão ao incorporar na narrativa o rico contexto histórico com variados comentários do desenrolar sociológico, político, cultural e, porque não, psicológico desses dois tempos, o privado e o público. É pura prosa poética, sob a bela e brilhante composição gráfica, que a autora presenteia ao público, sem pieguice ou maneirismos.

Ao lado da estória da vida dos avós, dos parentes próximos, principalmente dos pais, Vasco e Margarida, de si mesma e dos dois irmãos Cristina e Bernardo, a navegar pelo mundo afora, a autora abre suas páginas aos acontecimentos do dia-a-dia – através de textos tanto seus como de vários comentaristas. Cabe aqui um parêntese sobre o significado dos textos. Primeiro os da própria escritora, alinhavados com graça e sensibilidade, como « ... a tentativa de reagrupar pessoas e lugares dispersos pelas rupturas da vida - e pela própria passagem do tempo ». Narra, de forma concisamente confortável, como andavam as coisas da família, da política portuguesa e do mundo, dos movimentos culturais, artísticos e literários, criados pela geração nascida nos anos 20 do século passado, mas que ainda ressoa aqui e agora, a desvendar as várias circunstâncias que percorrem as páginas, sem perder o fio da meada, num português refinado e claro. Anoto outras contribuições textuais: notas, telegramas, cartas e registros diplomáticos do embaixador Vasco Futscher Pereira, sempre impecáveis, em múltiplos sentidos e em especial notas, artigos e recortes de jornais sobre seu tempo como Embaixador em Brasília (75-77). Os poemas extraídos dos dois livros de Margarida Futscher Pereira: Lugar Comum e Bens Adquiridos, portuguesmente poéticos, como este: « temos que trilhar/piso difícil/para aprender/a saudade sem mácula» (p. 165). O artigo de Bernardo Futscher Pereira publicado em O Jornal (21/05/1982) “Reagan e Brejnev Trocam Galhardetes”, análise política intocável sobre a pressão da opinião pública nos estertores da Guerra Fria. Além de vários outros textos sempre muito bem contextualizados, destaco os diretos, firmes e literariamente muito bem escritos, de Maria Filomena Mónica de seu livro A Evolução dos Costumes em Portugal, 1961-1991.       

Como forma de ilustração da estória familiar, que une geração e vida cultural – onde o mundo entra e participa dessa saga - a autora concebe, com gracioso apuro, uma obra que frui livre, a extrair toda a riqueza e vantagens literárias e estéticas de seu Retrovisor. Além de ser obra de leitura muito cativante e prazerosa, ela é recomendada para os estudos de sociologia e antropologia familiar, para cursos de artes gráficas, letras e jornalismo e até mesmo para os que gostam, estudam e pesquisam épocas e interações das relações humanas. Do abrir ao fechar as páginas de Retrovisor, o espelho recompõe todas as figurações, os textos, as imagens e, principalmente, as pessoas que de forma comovente, humana e precisa, Vera Futscher Pereira consagra em suas essencialidades.

 

 

Clóvis Brigagão

cientista político e escritor, brasileiro, viveu em Lisboa entre 1975-1979.

 


*Foto de capa de "Retrovisor" (Cristina, 1954)
 


25.4.11

 

 

 

Luc Tuymans

Within, 2001

222,9 x 242,9 cm

 

 

 

Lorsque l'on apprend qu'il a peint Within de mémoire, la cage devient une image mentale, surgissant de coins obscurs et douloureux de la mémoire et de l'imagination. Cet arrière-plan vide a l'air meurtri, tant par sa couleur que par le traitement agressif de la couche picturale (Tuymans a tailladé la surface du tableau avec le manche du pinceau). On ignore, en tant que spectateur, de quel côté de la cage on se trouve (sur ce point, le titre semble particulièrement de mauvais augure). Et en l’absence d'oiseau pour indiquer l'échelle dans cette immense toile, on peut penser qu'il s'agit d'une cage capable de nous enfermer. En fait, Tuymans semble convoquer son souvenir comme une sorte de piège silencieux: «Les tableaux, pour faire de l'effet, doivent avoir la formidable intensité du silence, d'un silence ou d'un vide rempli. L'observateur devrait rester figé devant le tableau, transi. Une sorte de terreur de l'image [...], le silence avant la tempête. Il ne s'agit pas de susciter des sentiments de mélancolie, mais une certaine impression de déjà-vu*.»

 

 

Prudence Peiffer

in catálogo  Luc Tuymans – retrospective

Palais des Beaux Arts de Bruxelles aqui

18 Fevereiro-8 maio 2011

                         

 

 

* Josef Helfenstein, «The Drawing, Raw Material, and Basic Plan of the Work: An Interview with Luc Tuymans», dans Helfenstein et al., Luc Tuymans: Prémonition, Zeichnungen/Drawings, Berne, Kunstmuseum Bern et Benteli Verlag, 1997, p. 55.

 

 

 


 

 


22.4.11

 

 

«Je vous appelle amis»: cette sublime amitié passe par le creuset de l’angoisse, comme le Christ lui-même s'y est soumis à Gethsémani. « II commença à ressentir tristesse et angoisse. Alors il leur dit: "Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi." Etant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière: "Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux." Il vient vers ses disciples et les trouve en train de dormir » (Mt 26,38-40). « Entré en agonie, il priait de façon plus instante, et sa sueur devint de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre » (Lc 22,44).


C'est ce «je» là, follement désapproprié de lui-même et en même temps intensément présent à l’heure, tant redoutée, vers laquelle toute sa vie a tendu, qui parle d'amitié. Un «je» dépouillé à l'extrême pour mieux assumer la mission dont il a accepté la charge. Un «je» qui pense et veut en dehors de lui-même, aux confins de lui-même, au plus profond de soi.


Un «je» absolument incarné, fait de chair et de nerfs et de sang, et dont tout le corps se révulse à l’approche du supplice, s'épouvante et se révolte devant la mort. Un «je» fou d'amour pour les siens, pour son Père, pour la vie, mais qui ne se dérobe pas à la mort.

 

«Je vous appelle amis»: une telle amitié ne s'accommode ni de puérilité et de sentimentalité, ni de crainte servile et d'habile prudence; elle les rejette, elle vomit toute tiédeur, comme l'a puissamment exprimé Péguy : «Si on n'était pas abruti, mon enfant, si vous n'étiez pas abrutis, ankylosés par des générations entières de catéchisme, d'habitude catéchistique, mon enfant, qui ne serait saisi, qui ne serait épouvanté de ces lignes [du récit du Mont des Oliviers], de ces lignes atroces, de ces paroles effrayantes, de cette effrayante prière. [...] Si nous prenions les textes sacrés comme il faut prendre tous les grands textes, et comme nous ne les prenons pas, si nous prenions les textes sacrés comme il faut prendre (aussi) les textes classiques, dans leur plein, dans leur large, dans toute leur crudité, dans tout ce qu'ils ont saisi, dans tout ce qu'ils rapportent de la réalité même, si nous ne laissions pas, si nous n'admettions pas qu'il y ait entre eux et nous l'interception de l'habitude, nous serions, mon ami, nous serions épouvantés de ce texte.»(1)


L'appellation ici en jeu n'est pas qu'une dénomination, elle est aussi une convocation, un appel, une apostrophe. Le maître se tient à hauteur de ses disciples dont il vient de laver les pieds ; Dieu se tient à hauteur d'homme pour lequel il va se livrer. « C'était un homme qui parlait à des hommes,  martèle Péguy. Ce n'était point un enseignement, ex cathedra. Ce n'était point même un enseignement de Dieu de la chaire du ciel. C'était une communion, une révélation d'homme à homme, d'un pauvre être à un pauvre être. » (2)


Et il appelle l'homme - son ami, son frère, son fils, son héritier - à se hisser à cette hauteur nouvelle, mouvante, si fragile ; à s'y agenouiller, en fait, puisque cette hauteur s'inverse et s'évase en abîme. Etrange hauteur qui s'effondre sous le poids de l'angoisse, jusqu'à tomber « face contre terre », et qui, dans sa détresse, en appelle à la présence, au réconfort de ses amis. Mais ils dorment, épuisés. Ils ne sont pas encore prêts à assumer «dans son plein, dans son large, dans toute sa crudité» la vocation d'amis qui vient de leur être donnée.

 

 

Sylvie Germain

in  Quatre actes de présence   p.96-98

© Desclée de Brouwer, 2011

 

Notas:

1. C. Péguy, Gethsémani, Desclée de Brouwer, 1995, p.34-35 et 57-58, coll. «Les Carnets».

2 :Ibid.,p.47

 

 

 

aqui

 

 

link do postPor VF, às 00:03  comentar

18.4.11

 

Foto: Gustave Le Gray (França,1856) 

aqui

 

 

Au lever du soleil, dans un autre cimetière, celui du Montparnasse à Paris, un curieux paroissien parcourait jadis les allées désertes, c'était un Suédois qui avait répudié le théâtre pour les sciences surnaturelles. A l'imitation des prospecteurs d'or du Tanganyka, il s'était mis à chasser les âmes. Il prétendait capter le fluide des corps dématérialisés dont les émanations purement chimiques devaient sans nul doute être rejetées à l'aube par les fleurs des couronnes, par les tilleuls et les cyprès. On aurait pu le voir qui brandissait une fiole d'acétate de plomb liquide, en train de courir parmi les chapelles et les tombeaux vers la fin de l'avant-dernier siècle (1).

L'étranger ne rapportera dans son pays aucune preuve, aucun trophée. Il consacrera le plus clair de son temps à photographier ensuite la forme des nuages, à la façon de ceux qui utilisaient la photographie en guise d'instrument de divination pour capturer l'invisible.

Des médecins, physiologistes et neurologues, voulurent enregistrer avec l'apparence des humains l'aura de leurs passions et de leurs pulsions. L'un d'entre eux qui pensait que l'on pourrait, scientifiquement, réveiller les morts, avait bien conçu, et tout aussi sérieusement, l’«optogramme». C'était l'instrument irrécusable, estimait-il vers la même époque, pour confondre les criminels. En analysant de très près la photographie de la rétine des victimes de mort violente, ne devait-on pas parvenir à restituer la dernière image qui s'y était imprimée, l'instant fatal ?

Des écrivains très sérieux, des auteurs de romans policiers, des poètes imaginèrent sans s'être concertés que l'on pourrait stocker les ondes du passé, les ondes sonores comme les ondes visuelles. Grâce à ces ondes, on effectuerait des prélèvements de durée, on conserverait des reliques de présent.  Bientôt viendrait le temps où l'on allait pouvoir assister, par-delà les âges, aux nuits de  la Terreur  ou à la destruction de Pompéi le 24 août 79.

S'il est vrai que les grands événements restent imprimés, déposés dans l'espace, cela ne doit-il pas l'être d'avantage pour les êtres humains dont, en principe, la durée de vie est bien plus longue? Si leurs traces subsistent, c'est simplement parce qu'elles s'impressionnent plus fortement, plus profondément dans la matière invisible. Les corps amoureux n'émettent-ils pas une chaleur, un rayonnement qui les attirent et les attachent? Pourquoi ces rayons ne subsisteraient-ils pas?

 

 

Jérôme Prieur

in  Rendez-vous dans une autre vie  (La boutique de fantômes) p. 106,107

© Éditions du Seuil, mars 2010 aqui


 

 

Nota : August Strindberg, Inferno, Mercure de France, 1966, p.74 sq.

 

  

link do postPor VF, às 19:27  comentar

17.4.11

 

 

Cristina, 1961

 

 


 


13.4.11

 

 

 

 

Portugal, 1914

 


link do postPor VF, às 18:24  comentar

10.4.11

 

 

 

 

 

 

 

Running on empty, Sydney Lumet, EUA, 1988

 

link do postPor VF, às 00:05  comentar

9.4.11

 

 

 

Portugal, Anos 50


link do postPor VF, às 15:18  comentar

8.4.11

 

 

 

A largada dos 69 snipes que concorreram à primeira regata livre.

A calma é quási absoluta. 

(apontamento manuscrito no verso da foto)

 


link do postPor VF, às 17:25  comentar

6.4.11

 

 

 

 

 

 

 

  

data e local desconhecidos.  Final dos anos 50?

Mais sobre o assunto aqui 

 

 

link do postPor VF, às 12:34  comentar

4.4.11

 

 

 

 Portugal, anos 50

 


 


3.4.11

 

 

 

Portugal, anos 40

 

 

 


link do postPor VF, às 00:25  comentar

pesquisar neste blog
 
mais sobre mim
Translator
sitemeter
contador sapo