28.2.10

 

 

Since we agreed to let the road between us

Fall to disuse,

And bricked our gates up, planted trees to screen us,

And turned all time's eroding agents loose,

Silence, and space, and strangers - our neglect

Has not had much effect.

 

Leaves drift unswept, perhaps; grass creeps unmown;

No other change.

So clear it stands, so little overgrown,

Walking that way tonight would not seem strange,

And still would be allowed. A little longer,

And time will be the stronger,

 

Drafting a world where no such road will run

From you to me;

To watch that world come up like a cold sun,

Rewarding others, is my liberty.

Not to prevent it is my will's fulfilment.

Willing it, my ailment.

 

 

Philip Larkin

in Collected Poems (The Less Deceived - November 1955)

 

The Marvell Press and Faber & Faber

© the Estate of Philip Larkin, 1988, 2003

 

 

 


23.2.10

 


 

Girls! Want to live happily ever after?

 

Kill yourself now.

 

Listen, I've been very patient. I've put up with the slow, sure erosion of our dreams, our ideals, our dewy-eyed expectations of a world brimming with child-care centers, with men sharing the dusting, with women going two weeks before remembering to shave their legs.


I hung onto a thread of sanity as hordes of women decided that feminism meant they should turn themselves into small men and wear pin-striped suits and bow ties and pursue the key to the executive washroom as if it were the Holy Grail.


I just hid under the covers when Women Who Love Too Much became a best-seller, and women by the scores gobbled the book before breakfast and became convinced that they had this dread disease they had to cure before men would want them.


And then the marriage epidemic! And the concomitant baby epidemic! People put blinders on their brains and hypnotized themselves into believing that real life was "Father Knows Best"! And if they couldn't scam themselves into sugar-coated marriages, they blamed it on their codependency problems! So we were back to blaming the victim, but I held my peace. I may have whimpered a little.


But that was then. Now I'm out for blood. No more Missus Nice Girl. Now I've read, in the goddamned New York Times, the goddamned Newspaper of Record, that yearning for the handsome prince on the white charger is a perfectly reasonable pastime. That hoping and praying to live Happily Ever After is totally okay. These fantasies, according to the New York Times, help us endure.


Endure.


Endure Jesus motherfucking Christ. Didn't we bury this concept with enormous fanfare in 1972?


I don't blame the writer. I know what it's like to be on deadline. Casting around hysterically for a topic, she realized that all her friends had seen Pretty Woman and took it from there.


But because such an idea has been published in the New York Times, people will run around believing again that it is true, and they will again start reading Cinderella to their four-year-olds. And the whole hideous cycle will be perpetuated.


Believing in the handsome prince on the white charger who will catch you when you swoon and spirit you off to Happily-Ever-After-Land is the utter downfall of women.


Because it is a wish that will never come true. It is a wish that will guarantee that we will never be happy.


It is possible for a woman to be happy with a man, but not if she wants to be rescued. Do you know what kind of guys want to rescue women? Mafia guys! Guys who want to play God! Guys who want total control! These guys are bad news! Tell them you want to take a part-time job and they lock you in a tower!

Plus, if you're waiting around to be rescued you never do anything but get your legs waxed. You're too anxious and passive to even read a murder mystery. You've given men all the power, again. You've turned yourself into a giant child.


Girls, what would you do if some adorable guy came up to you and said, "Hi, my life isn't working out at all. Everything's falling apart. Take care of me, please."


You'd say, "Yo, I'm not your mother!" Wouldn't you?


Men are not our mothers. Our mothers are our mothers, and they were the ones who passed on these festering fantasies.


Men are just guys running around who want someone to take care of them too. When we swoon on them, decent men have a tendency to gibber and cry, to feel helpless and inadequate and run away. Or if they're not so decent, they'll lead us on, drop us flat, and steal our wallets.


Wanting to be taken care of is one of your basic human emotions. Our job as humans is to take care of each other. But if we expect rescue as our birthright, if it's supposed to be all one-sided, we're dead. When we don't get it, we're pissed off and crazed, blinded by our own feelings of deprivation, and pretty soon nobody invites us to parties.


Here's my plan: If any girl tells me she rented Pretty Woman and suddenly felt a hideous yearning bubbling up from the pit of her stomach, I am going to take her hand and force her to rent Ford Fairlane.


See how she likes the other side of the coin.

 


Cynthia Heimel

in Get your tongue out of my mouth, I’m kissing you good-bye!  (Feminist Rants)

pp. 24-25-26

© 1993 Cynthia Heimel

 

 

 

 

 

 

 

 


19.2.10

 

 

 

 

 

instalação de Jenny Holzer

Survival Series (1983-1985)

 

Maisaqui e aqui

link do postPor VF, às 16:29  comentar

16.2.10

 

 

Rosita (ao centro) com os irmãos António e Zeca

Rio de Janeiro c.1895

 

 

link do postPor VF, às 07:16  comentar

14.2.10

 

 

 

 

 

Fernand le vampire est un traditionaliste : il dort dans un cercueil et s’habille à l’ancienne mode. En revanche, il ne tue jamais… Fernand est un sentimental ! Pour oublier Liou, il sort dans des rave parties avec Aspirine, une charmante vampire, et passe la nuit au Louvre avec une jolie touriste japonaise. Mais Fernand est-il prêt à revivre une histoire d’amour ?

 

 

 

 

 

scénario et dessin Joann Sfar

© 2007 Guy Delcourt Productions


10.2.10

 

 

 

 

 

 

Projecção de Jenny Holzer

San Diego, California, 2007

Foto: Philipp Scholz Ritterman

 

 

 

 

Mais aqui

 

 


8.2.10

 

 

 

 

 

ENONE

 

 

 

 

Senhora, que fazeis? E que mortal pesar

contra aquilo que sois vos vem hoje animar?


 

FEDRA

 

 

 

Se Vénus assim quer, da triste estirpe minha

sou última a morrer, mais mísera e mesquinha.


 

ENONE

 

 

Mas amais?

 

FEDRA

 

É do amor que tenho tais furores.

 

ENONE

 

 

E por quem?

 

FEDRA

 

 

Vais ouvir um cúmulo de horrores.

Amo... E tremo de frio a nome assim fatal.

Amo...

 

ENONE

 

 

Quem?

 

FEDRA

 

 

Da Amazona o filho, sabes qual,

o príncipe a quem sou, tanto há, de aversão cheia?

 

 

ENONE

 

Hipólito! Ó Céus!

 

FEDRA

 

És tu quem o nomeia.

 

 

ENONE

 

 

Gela-me o sangue, ó Céus!, nas veias já não passa.

Ó desespero! Ó crime! Ó deplorável raça!

Ó viagem de azar! Ó margens lamentosas,

preciso era chegar-te às costas perigosas?

 

 

FEDRA

 

 

Vem de mais longe o mal. Quando ao filho de Egeu

pouco havia me unira a lei do himeneu,

e tudo em paz feliz dir-se-ia me ficou,

meu soberbo inimigo Atenas me mostrou.

Vi-o, corei, perdi a cor e de repente:

e a turvação subiu em mim perdidamente;

meus olhos já sem ver, eu sem falar poder;

todo o corpo senti como transido a arder.

Vénus reconheci e seu fogo implacável,

ao sangue que ela odiar tormento inevitável.

Assíduos votos fiz, cuidei que os desviava:

Um templo a ela ergui e eu mesma o enfeitava;

com vítimas em volta eu mesma guarnecida,

nos seus flancos busquei minha razão perdida,

para amor sem ter cura uma incapaz poção!

E a minha mão no altar queimou incenso em vão:

Quando a Deusa implorando a boca eu já movia,

Hipólito adorava; e ele era quem eu via

mesmo ao pé desse altar onde eu turibulava

e sem ousar nomeá-lo a um Deus tudo ofertava.

E sempre o evitei. Triste miséria, ai!,

revê-lo o meu olhar nos traços de seu pai.

Contra mim mesma enfim me pude decidir:

E a mim me encorajei a sempre o perseguir.

Inimigo a banir da idolatria à custa,

o desgosto afectei de uma madrasta injusta;

seu exílio exigi e meus gritos eternos

o arrancaram do seio e dos braços paternos.

E eu respirava, Enone, e desde a sua ausência,

dias menos febris corriam na inocência.

Submetida a Teseu, mas escondendo os lutos,

do himeneu fatal eu cultivava os frutos.

Vãs precauções! Cruéis em mim destino e vida!

Por meu próprio marido a Trezénia trazida,

o inimigo revi que eu soubera afastar:

Ficam-me em carne viva as feridas a sangrar,

Não é mais um ardor que em minhas veias erra.

É Vénus, ela só, que a sua presa aferra.

Concebi por meu crime um bem justo terror;

odiei vida e chama e vi-as com horror.

Morrendo eu quis cuidar de ter glória futura,

quis o dia livrar de flama tão escura:

mas choro e insistência em ti ver não podendo,

tudo te confessei, e já não me arrependo,

desde que desta morte acates a chegada

e não me aflijas mais nem me censures nada,

e que em socorro vão deixes de convocar

um resto de calor prestes a se exalar.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fedra de Jean Racine ( Acto I  - Cena III )

tradução de Vasco Graça Moura

 

© Vasco Graça Moura e Bertrand Editora, 2005

 

 

 

 

aqui

 

 

Fedra encenada por Patrice Chéreau em DVD  

aqui

 

 

 

 

 

 

 

 

 


5.2.10

 


 

Dans Amour et Vieillesse, le « caprice » que l'anonyme jeune fille serait prête à consentir au vieux poète, quitte à se raviser aussitôt et à se laver de cette souillure avec un jeune amant de son âge, est refusé d'avance, au prix d'un déchirement d'entrailles, prévenant par ce sacrifice l'abjection et l'humiliation mortelles qui ne manqueraient pas de suivre un éventuel accouplement froid et contre-nature:

 

Je me dirais: à présent, à cette heure où elle meurt de volupté dans les bras d'un autre, elle lui redit ces mots tendres qu'elle m'a dits, avec bien plus de vérité et avec cette ardeur de la passion qu'elle n'a pu jamais sentir avec moi ! Alors tous les tourments de l’enfer entreraient dans mon âme, et je ne pourrais les apaiser que par des crimes.

 

Les biographes détectives n'ont pas manqué de faire sortir de l'ombre plusieurs autres jeunes femmes qui, après Cordélia, et à des dates différentes, ont de nouveau plongé Chateaubriand vieillissant dans les états violents de désir et de frustration, le faisant «délirer», comme avait déliré le Jeune René «accablé par une surabondance de vie », le «cœur parcouru des ruisseaux d'une lave ardente » et, Phèdre ou Sapho chrétiens au masculin, ne pouvant fixer cette impatiente soif de fusion amoureuse que sur un objet d'avance inaccessible et interdit. […] Entre autres idylles tardives avortées, on a retrouvé la correspondance que Chateaubriand échangea avec la jeune Léontine de Villeneuve, évoquée, sans être nommée autrement que «l'Occitanienne» -, au livre XXXI des Mémoires d'outre-tombe. […] Contemporaine de l'aventure fugitive avec l'Occitanienne, la liaison de Chateaubriand avec une jeune et libre amie de George Sand, Hortense Allart, fut bel et bien consommée, mais sans lendemain. Commencée à Rome en 1828, elle s'acheva à Paris l'année suivante par une séparation provisoire souhaitée par Chateaubriand : il eut du mal à admettre qu'elle était définitive. Les stigmates laissés par les dernières étreintes charnelles dont le vieil Anacréon chrétien ait joui en 1829, dans les bras d'Hortense, restèrent béants et saignants bien après que les deux ex-amants eurent passé un contrat de bonne amitié. En novembre 1834, songeant encore, soit à Hortense Allart passée à des amants plus jeunes et vigoureux, soit à quelque autre jeune «fleur» croisée, mais non cueillie, entretemps, il écrivait à Mme Récamier, devenue peu à peu, après leur brève flambée de passion réciproque des années 1817- 1819, l'amie, la confidente, l'ange du crépuscule :

 

J'étais si en train et si triste que j'aurais pu faire une seconde partie à René, un vieux René. Il m'a fallu me battre avec la Muse pour écarter cette mauvaise pensée ; encore ne m'en suis-je tiré qu'avec cinq ou six pages de folie, comme on se fait saigner quand le sang porte au cœur ou à la tête.

 

Prodigieuse fécondité littéraire de l'ironie noire de l’ éros chrétien selon René

 

Nouvel apport à Amour et Vieillesse. Deux ans plus tôt, à la date du 16 août 1832, après avoir attendu en vain Hortense Allart, à qui il avait donné rendez-vous en Suisse, vagabondant en solitaire dans les Alpes, il avait écrit dans un Journal reproduit au livre XXV des Mémoires :

 

Depuis longtemps, je ne m'étais trouvé seul et libre ; rien dans la chambre où je suis enfermé ; deux couches pour un voyageur qui veille et qui n'a ni amours à bercer, ni songes à faire. Ces montagnes, cet orage, cette nuit, sont des trésors perdus pour moi. Que de vie pourtant je sens au fond de mon âme ! Jamais, quand le sang le plus ardent coulait de mon cœur dans mes veines, je n'ai parlé le langage des passions avec autant d'énergie que je pourrais le faire en ce moment! Il me semble que je vois sortir du Saint-Gothard ma sylphide des bois de Combourg. Me viens-tu retrouver, charmant fantôme de ma jeunesse? As-tu pitié de moi? Tu le vois, je ne suis changé que de visage; toujours chimérique, dévoré d'un feu sans cause et sans aliment. Je sors du monde, et j'y entrais quand je te créai dans un moment d'extase et de délire. Voici l'heure où je t'invoquai dans ma tour. Je puis encore ouvrir ma fenêtre pour te laisser entrer. Si tu n'es pas contente des grâces que je t'avais prodiguées, je te ferai cent fois plus séduisante: ma palette n'est pas épuisée; j'ai vu plus de beautés et je sais mieux peindre. Viens t'asseoir sur mes genoux; n'aie pas peur de mes cheveux, caresse-les de tes doigts de fée ou d'ombre ; qu'ils rebrunissent sous tes baisers. Cette tête, ces cheveux qui tombent n'assagissent point, est tout aussi folle qu'elle était lorsque je te donnai l'être, fille aînée de mes illusions, doux fruit de mes mystérieuses amours avec ma première solitude! Viens, nous monterons encore ensemble sur nos nuages; nous irons avec la foudre sillonner, illuminer, embraser les précipices où je passerai demain ; viens, emporte-moi comme autrefois, mais ne me rapporte plus!

On frappe ma porte ; ce n'est pas toi! c'est le guide ! Les chevaux sont arrivés, il faut partir. De ce songe, il ne reste que la pluie, le vent et moi, songe sans fin, éternel orage.

 

Superbe poème en prose, asymptotique lui aussi d' Amour et Vieillesse. Mais ici, le salut par la poésie rachète, même brièvement, les souffrances du damné se sachant voué sans recours à refuser ou à se voir refuser « les joies de la vie ». Sur les ruines des voluptés sensibles se lève la délectation triomphante de se découvrir capable de prêter encore une fois sa voix à l'ensorcelante et voluptueuse partenaire imaginaire que son adolescence s'était inventée. «Mon mal vient de plus loin », aurait-il pu dire, comme la Phèdre de Racine, et les Mémoires d'outre-tombe nous font assister à la genèse du drame récurrent de sa vie amoureuse, et de la fécondité littéraire de son incurable souffrance. L'enfant de Combourg, surdoué par Éros et frustré d'amante réelle, avait appris à tromper sa solitude avec une geisha de rêve, la Sylphide. Compensant ces embrassements décevants, la Muse avait alors révélé au jeune Pygmalion un autre talent, non moins décevant au fond, pour lequel il était fait, le bonheur d'expression élégiaque, le chant de désir et de deuil, d'absence présente et de présence absente pour un objet insaisissable, ou aussitôt refusé que saisi.

 

 

Marc Fumaroli

in La saison en enfer de Chateaubriand 

(postface de Amour et Vieillesse de François René de Chateaubriand) pp. 35-43

© 2007, Éditions Payot & Rivages

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


1.2.10

 

Arrivé à l'âge de 80 ans, Sophocle, si l'on en croit Platon, se félicita d'avoir été libéré par la vieillesse du joug cruel du désir, expérience analogue à celle d'un peuple qui renverse son tyran ou d'un esclave qui s'affranchit de son propriétaire. A l'inverse l'utopiste Charles Fourier écrivait vers 1820 :

 

« L'humanité, après la saison des amours, ne fait que végéter, s'étourdir sur les vœux de l'âme, les femmes, trop peu distraites, sentent amèrement cette vérité et, au déclin de l'âge, elles cherchent dans la dévotion quelque appui de ce Dieu qui semble s'être éloigné d'elles avec leur passion chérie. Les hommes parviennent à oublier l'amour mais ils ne le remplacent pas. Les fumées de l'ambition, les douceurs de la paternité n'équivalent pas aux illusions vraiment divines que l'amour procure au bel âge. Tout sexagénaire exalte et regrette les plaisirs qu'il a goûtés dans sa jeunesse et nul jouvenceau ne voudrait échanger ses amours contre les distractions des vieillards. »

 

Nous avons aujourd'hui des Sophocle adolescents qui s'abstiennent et des Fourier adultes qui ne renoncent pas. Quelque chose de fondamental s'est modifié dans notre rapport au temps : nous avons gagné deux décennies de vie supplémentaires, prolongé pour chacun les charmes de la désirabilité. Cela veut dire que les jeux ne sont jamais faits, que les émois résistent au verdict des années. Pour ceux qui ont raté le coche plus jeunes, il y a toujours une classe de rattrapage. A tout âge, la vraie sagesse ne consiste-t-elle pas à retomber amoureux (fût-ce de son conjoint de toujours), à recommencer sa vie? Qu'y a-t-il au-delà de telle jouissance sinon l'espérance d'une autre, à la fois identique et différente? Qui ne serait prêt à tout donner pour connaître à nouveau les merveilleux moments d'une inclination naissante?

Episodiques ou durables, nos amours ne nous apprennent rien : aucune éducation sentimentale ne couronne leur succession confuse. Nous n'aspirons qu'à une chose: les revivre encore et toujours. On n'est pas sérieux quand on a 50 ans et l'on s'enflamme comme à 20 pour le premier cœur à prendre : même pétulance, même stupéfaction. Si être adulte, c'est savoir se fixer, alors nous souffrons d'adolescence chronique. Nous sommes conséquents dans nos transports amoureux et frivoles dans notre rapport au temps.

L'essentiel est de ne pas réintroduire en contrebande l'esprit de fanatisme, de se battre pour un monde qui fasse le délice des âmes tendres et le bonheur des ardents, où les affections platoniques, les liens éthérés trouvent leur place à côté des étreintes les plus vigoureuses. Que celui qui veut fuir le commerce sexuel le fasse en toute légitimité, que les autres s'étreignent avec qui bon leur semble. Laissez-les jouir: les chastes comme les fougueux, les timides comme les délurés.Ne perdons jamais le sens du merveilleux charnel: Eros est la puissance de vie qui relie ce qui est séparé, seule langue universelle que nous parlons tous, court-circuit fulgurant qui jette les corps les uns contre les autres.

Qu'on puisse désirer sans aimer ou aimer sans désirer est l'évidence même: la plupart de nos relations amicales ou familiales ne sont pas sexualisées. Mais les adeptes de la fusion sexe-sentiments veulent en réalité subordonner le premier au second pour l'excuser, l'amender. Le vrai drame est de cesser un jour et d'aimer et de désirer et de tarir la double source qui nous rattache à l'existence. Le contraire de la libido, ce n'est pas l'abstinence, c'est la fatigue de vivre.

 

 

Pascal Bruckner

in Le paradoxe amoureux (troisième partie : Le merveilleux charnel

pp. 218-219-220-221

 

© Éditions Grasset & Fasquelle, 2009

 

 

 

nota:

1. Charles Fourier, Le Nouveau Monde amoureux, introduction de Simone Debout-Oleszkiewicz, Slatkine, Genève, 1984, p. 16.

 

 

 

 

 


pesquisar neste blog
 
mais sobre mim
Translator
contador sapo