16.5.09

 

 

 

 

 

« vous avez le droit de tout me dire, sauf que Franco n'est pas mort!» La voix de l'homme est sourde et monocorde, le regard voilé d' une sorte de lassitude triste et il se tient, comme toujours, emprunté et indéchiffrable dans la pénombre d'un de ces palais pompeux et surannés d’où le dictateur a gouverné l'Espagne pendant quarante ans d'une main d'acier.

Les dignitaires du régime comprennent alors que tous les scénarios patiemment élaborés par le régime, ses adversaires ou l'étranger, sont subitement sans valeur.

L’homme sans relief et sans éclat, qu'ils ont surveillé pas à pas depuis son enfance, les congédie dans un murmure sans appel, avec le vieux monde et ses macabres souvenirs.

À l'extérieur, tout le monde a eu un projet différent pour l'Espagne, dont le seul point commun est que l'homme disparaisse au plus vite. Mais personne n'a imaginé qu'il a

compris tous leurs calculs et tous leurs préparatifs et qu’il en a conçu d'autres, relayés par des amis très sûrs, bien placés, d'une fidélité à toute épreuve.

Il a appris le secret et le silence, s'est entraîné à tromper la violence, est devenu libre dans la prison dorée dont on vient de lui remettre les clés sans penser un seul instant qu'il va s'en servir pour ouvrir toutes les portes.

Aujourd’hui, quinze années se sont écoulées, et Juan Carlos, roi d'Espagne, est un des dirigeants les plus respectés du monde.

Il avait tout pour échouer et son succès est éclatant.

Par quel mécanisme l'héritier d'une dynastie exsangue, le fils adoptif d’un tyran, l'otage d'un pouvoir sanglant et policier, est-il parvenu a remplacer une à une ces cartes

dangereuses par le jeu tout neuf dont il a conçu les règles, avant de les faire accepter au seul partenaire qui fut à sa mesure: l'Espagne?

" Toi, jeunesse plus jeune, si de plus haute cime

la volonté te vient, tu courras l’aventure

dans l’éveil transparent aux divines lumières claires

comme diamant, et comme diamant pures "

Antonio Machado (1875-1939)

 

 

 

 

Frédéric Mitterrand

introdução de  Juan Carlos, in Destins d'étoiles - volume III

© P.O.L.,Fixot,1991

 

imagem: Juan Carlos, in Destins d'étoiles (vol.III)

link do postPor VF, às 12:45  comentar

pesquisar neste blog
 
mais sobre mim
Translator
sitemeter
contador sapo